Ancre

Gastro-entérologie, endoscopie et maladies du foie : Biopsie hépatique

Descriptif

C'est actuellement un des examens de référence pour diagnostiquer la cause et préciser le traitement et le pronostic de nombreuses maladies du foie ou de maladies générales retentissant sur le foie (stade de fibrose par exemple), notamment si le reste du bilan (biologie, échographie, tests non invasifs...) ne permet pas de conclure à un diagnotic précis. Cet examen est parfois indispensable pour recevoir un traitement.

 

Comment se déroule l'examen ?

Avant la biopsie, le médecin se sera assuré de la réalisation d'une échographie du foie et d'un bilan sanguin de coagulation. S'il le juge nécessaire, le médecin vous proposera l'administration d'un médicament calmant ou contre la douleur. Il faut être à jeun durant les 6 heures précédant l'examen ; cependant, on pourra vous autoriser à prendre une boisson sucrée avant l'examen dans certains cas. L'examen se fera allongé sur le dos ou sur le côté gauche. Le foie est repéré par échographie. Ensuite, une anesthésie locale avec une injection sous la peau sera réalisée entre deux côtes du côté droit. La biopsie elle-même consiste à prélever un fragment de foie à travers la peau anesthésiée avec une aiguille à usage unique.

Après la biopsie, vous resterez alité pendant 6 heures dont les deux premières heures couché sur le côté droit. Un infirmier surveillera régulièrement votre pouls et votre tension. La ponction ne laisse pas de cicatrice et le pansement pourra être enlevé le lendemain. Dès la fin de la biopsie, une douleur peut survenir au niveau du foie ou au niveau de l'épaule droite. Prévenez l'infirmier qui vous surveille afin de recevoir un médicament pour vous soulager.

Pour ceux dont la sortie est autorisée le soir même, il vous est demandé de ne pas vous éloigner à plus de 20 minutes de la clinique, de rester accompagné par un adulte et de ne pas effectuer d'activité physique intense.

Durée

L'hospitalisation dure au maximum 1 jour.

Anesthésie

L'anesthésie est locale pour la majorité des cas. L'utilisation d'anxiolytiques est fréquente. Une anesthésie générale peut être effectuée.