Ancre

Chirurgie générale gynécologique et maladies du sein : Cure d'incontinence urinaire

Descriptif

L’incontinence urinaire d’effort se manifeste par des fuites lors de l’effort (activités sportives, toux, rire, éternuement, marche, changement de position).
 
En quoi consiste l'intervention ?
Elle consiste à positionner sous l’urètre une petite bandelette en matériel synthétique. Cette bandelette, telle un hamac, restera sous l’urètre, le soutenant lors de l’effort afin d’empêcher les fuites. Différentes bandelettes avec différents systèmes de pose sont commercialisées. Votre chirurgien choisira celle qui est la mieux adaptée à votre cas et à son expérience.
Notez que toutes les incontinences urinaires ne relèvent pas de cette intervention. Le choix de cette technique sera effectué par votre médecin après vous avoir examiné et demandé le cas échéant, quelques examens comme un bilan urodynamique.
 
Comment se déroule l'intervention ?
L’intervention a lieu après s’être assuré, par une analyse d’urines récente, que vous n’avez pas d’infection urinaire. En cas d’infection, votre intervention est différée jusqu’à stérilisation des urines.
Au bloc opératoire, en position gynécologique, trois petites incisions sont pratiquées, l’une de 1,5 cm à l’intérieur du vagin, deux de quelques millimètres sur le pubis ou à la racine des cuisses. La bandelette est passée et positionnée sous l’urètre à l’aide d’aiguilles.
En fin d’intervention, peuvent être mis en place une sonde dans la vessie et un tampon dans le vagin. 

 

Vidéo

Fiche d'information AFU sur la pose de bandelette TOT

Previous picture
Next picture
Durée

La durée de l’intervention est courte, le plus souvent inférieure à 30 minutes. Sous certaines conditions, l'intervention peut être réalisée en ambulatoire (vous entrez à la clinique le matin et ressortez le jour même). Dans le cas d'hospitalisation conventionnelle, la durée de séjour reste courte, jusqu'à ce que le médecin ait vérifié que vous pouvez uriner. 

Anesthésie

Le choix du type d’anesthésie (générale, locorégionale ou locale) dépend de l’avis du chirurgien et du médecin anesthésiste.